Mystère résolu: le crêpe de deuil

Un grand merci à tous les internautes du forum Geneanet qui ont apporté leurs contributions et réponses à ma question (voir la conversation détaillée ici).

C’est maintenant chose certaine, le ruban noir sur la veste de mes ancêtres n’était autre qu’un crêpe de deuil, petit bout de ruban porté par les personnes qui avaient perdu un être cher.

En se référant à la page Wikipédia, on y apprend que le mot vient du latin cripus, qui signifie frisé, ondulé, et est devenu cresp en ancien français puis crêpe. Jusqu’au début du xxe siècle, en occident, le crêpe noir était utilisé en signe de deuil: on portait une étoffe de crêpe noir autour du bras ou à son manteau. « Mettre du crêpe à son habit » signifie donc se mettre en deuil.

Cependant, les témoignages sur Geneanet nous ont appris pas mal d’autres choses. Ainsi, la durée pendant laquelle ce petit bout de ruban devait être porté variait en fonction du lien de parenté avec le défunt et pouvait aller de 3 mois à 1 an.

On y apprend également que les règles vestimentaires autour du deuil étaient extrêmement strictes et qu’il était très mal vu de ne pas s’y plier:

  • Pour les hommes, pas de crêpe sur un vêtement noir, mais il en fallait un sur les vestes même sombres;
  • Pour les femmes le deuil était plus strict et plus long (vêtements noir et bas noirs); Quand le deuil « avançait » on autorisait parfois le port du gris ou du violet foncé;
  • Pour les enfants plus jeunes ce n’était pas obligatoire longtemps;
  • Pour les plus fortunés, certaines règles s’appliquaient également aux domestiques de la maison;
  • Pour les pilotes de l’armée de l’air, on portait une cravate noire en hommage à Georges Guynemer, as de l’aviation française mort en combat aérien en 1917;

Il existait également des teinturiers pour faire teindre ses vêtements en noir (ou chapeaux de paille ;-)), et d’autres magasins spécialisés dans le deuil. Autrement que sur les vêtements, le deuil s’affichait par des draperies sur les portes de maison ou les portes cochères, le papier à lettre et les enveloppes utilisés ou encore avec des foulards et mouchoirs noirs.

Apparemment, cette coutume a perduré jusque années 60-70 et s’est progressivement éteinte pour ne subsister aujourd’hui que dans certaines régions de France (par exemple en Corse).

Pour ceux que ça intéresse d’en savoir plus, le blog dansletempsjadis a un article très détaillé sur le sujet.

Il ne me reste plus qu’à remercier encore une fois les internautes pour leur participation à cette discussion, et à trouver pour qui mes ancêtres portaient le deuil sur ces photos…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s