Effectuer des recherches généalogiques en Allemagne ? Partie 1 – les bases.

Bonne question. Surtout quand on est Lorrain, que la moitié de notre arbre vient de l’autre côté du Rhin et qu’on ne parle pas un mot d’Allemand. Et comme pour toute chose que je ne sais pas, Google est mon meilleur ami. Et comme tout meilleur ami il m’a apporté quelques réponses que je voudrais partager ici avec vous.

Quelques petites particularités avant de commencer:

  • L’état civil moderne Allemand s’est mis en place en 1876. avec quelques exceptions dans certains Länder: en 1792 en Rhénanie, 1803 en Hesse-Nassau, 1808 en Westphalie, 1809 dans le Hanovre, 1874 en Prusse.
  • Les archives religieuses Allemandes sont souvent classées par type d’Église. Selon que votre ancêtre ait été catholique ou protestant il ne faudra donc pas forcément chercher au même endroit.

Une organisation dictée par l’Histoire

Le système d‘archives en Allemagne est extrêmement complexe, car profondément marqué par le fédéralisme de l‘État et par son histoire administrative.  Un article extrêmement détaillé (lien) vous apprendra tout ce dont vous avez besoin pour appréhender cette complexité.

Nous ne nous contenterons que d’en citer (ce n’est pas du plagiat donc…) quelques points ici:

  • Principe et mission des archives:
    • Les institutions d’archives – dont la gestion est généralement assurée par un service public – conservent des pièces d’archives (en allemand: Archivalien ou Archivgut) regroupées en différents fonds (Bestände), eux-mêmes conservés dans des dépôts spécifiques;
    • Pendant longtemps, les archives ont été regroupées selon le principe de pertinence (Pertinenzprinzip), c’est-à-dire à partir du ou des sujets dont elles traitaient, sans tenir compte ni de leur émetteur ni de leur ordre primitif; Aujourd’hui, ce principe est largement abandonné au profit du respect des fonds ou principe de provenance (Provenienzprinzip). Selon cette méthode, chaque document doit être maintenu (ou, à défaut, replacé) dans le fonds dont il provient et, dans ce fonds même, à sa place d’origine. Ce principe respecte donc à la fois la provenance des documents, l’intégrité des fonds et l’ordre primitif des pièces qui les composent;
    • Les archives passent par différentes étapes que l’on appelle les « trois âges » des archives: Elles sont d’abord versées aux archives courantes (Ablage) – terme désignant des documents qui sont d’une utilisation encore fréquente pour l’activité des services, établissements ou organismes dont ils émanent; Elles sont ensuite transférées aux archives intermédiaires (Altablage) qui rassemblent, de manière temporaire, des documents dont on pourrait toujours avoir besoin pour des raisons administratives ou juridiques. Enfin, sont versées aux archives définitives (Archivgut) les documents qui ne sont plus susceptibles d’élimination et conservés pour des besoins de gestion, de justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, et pour servir de documentation à la recherche historique.
  • Les objectifs de l’archivage:
    • L’archiviste, tel que nous le connaissons, s’occupe surtout de la collecte et de l’évaluation des documents quand ceux-ci deviennent des archives définitives;
    • Le travail de l’archiviste ne se cantonne pas à l ‘évaluation des documents. Il doit également les classer, décrire et produire des instruments de recherche qui permettent de les retrouver ultérieurement.
    • En revanche, certaines tâches ne relèvent pas du rôle de l ‘archiviste. Il n’explorera pas les fonds pour vous, afin de trouver des documents correspondant à votre recherche, ni ne lira les documents à votre place. Ces deux remarques peuvent paraître évidentes, mais ne le sont pas nécessairement. Par exemple, nombreux sont ceux qui, une fois arrivés aux archives, se rendent compte que les inventaires ou répertoires à disposition suivent des systèmes de classement assez abscons et sont rédigés dans une écriture manuscrite allemande qui, à première vue, ressemble à un amas de pattes de mouche. Pour toute période antérieure à l’utilisation de la machine à écrire, il est donc indispensable de suivre une formation en paléographie allemande.
  • Le paysage archivistique Allemand:
    • L’Allemagne ne connaît d’«archives nationales» que depuis son unification, dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Pour toute période antérieure, il faut donc se tourner vers les archives régionales, qui conservent l ‘héritage des différents composants du Saint-Empire et des États allemands jusqu’en 1867 (et au-delà, pour tout ce qui relève des compétences gouvernementales des länder allemands).
    • Les archives régionales (Staatsarchive) datent, pour la plupart, du XIXème siècle, où elles se sont greffées sur la structure politique de la Confédération allemande (Deutscher Bund, 1815–1866), un groupement d’États en principe indépendants. On y trouve tout ce qui relève des autorités territoriales, du Moyen Âge à l’époque moderne et tous les fonds qui proviennent des institutions gouvernementales et administratives des structures politiques non fédérales de l’Allemagne du XIXème siècle jusqu’à nos jours.
    • Les archives communales (Kommunal- ou Stadtarchive), quant à elles, conservent des documents provenant de l ‘activité des autorités urbaines depuis le Moyen Âge (parfois, comme dans le cas de Brême ou de Hambourg, villes-États, elles font aujourd’hui partie des archives régionales). Formant un paysage riche et très varié, elles rassemblent des chroniques et des fonds issus de l’activité d ‘instances politiques, de services municipaux, d’entreprises publiques, de juridictions, etc. Souvent on y trouve aussi des collections particulières (journaux, photographies, cartes…) et d’autres fonds issus d’établissements culturels, d’entreprises privées ou de la vie associative.
    • Les archives ecclésiastiques (Kirchenarchive) permettent, quant à elles, de consulter des fonds provenant des diocèses catholiques et des églises protestantes des différentes régions allemandes, des archives paroissiales ou des archives d’ordres religieux, d’œuvres charitables, de missions, mais souvent aussi de successions privées. On y trouve notamment les Kirchenbücher, qui font office de registres d’état civil pour les époques antérieures à la fin du XIXème siècle, mais aussi des sources qui servent à l ‘histoire de l’éducation ou de l’assistance aux pauvres.
    • Les archives de la noblesse (Adelsarchive) sont de qualité variable. Elles sont généralement intégrées aux archives des länder (notamment pour les lignées éteintes). Mais elles sont parfois restées entre les mains de la famille concernée, qui en assure la conservation. Dans ce cas, leur état et leur accessibilité dépendent des moyens financiers que leur propriétaire veut bien allouer à cette tâche et de sa volonté de rendre publique ou non l’histoire familiale.
  • Archives, mode d’emploi:
    • Contrairement aux archives en France, où un cadre de classement systématique par séries est appliqué aux différentes échelles des services d‘archives (archives nationales, archives départementales, etc.), les archives allemandes ne connaissent pas de plan de classement homogène. En effet, chaque institution a développé son propre système de cotation, qui se greffe généralement sur les structures politiques dont émanent les documents. Il faut toujours intégrer à son programme un temps suffisant de repérage des fonds avant tout dépouillement.
    • Si, dans les petites institutions (comme les archives communales), les pièces commandées peuvent être consultées assez rapidement, dans les centres plus importants (et notamment aux archives régionales), les délais de communication (Aushebezeiten) peuvent atteindre plusieurs jours (surtout quand les documents ne sont pas conservés dans le même bâtiment).

Source: F. Bretschneider, J. Guilbaud, Les archives en Allemagne

home_solutionNous l’aurons bien compris, se lancer à la conquête des archives en Allemagne ne sera pas une mince affaire. Afin de progresser dans les méandres de ce système d’archives, il semble que les options les plus simples qui s’offrent à nous sont les suivantes:

 

La recherche d’aide sur des forums

Option la plus évidente s’il en est: nos forums regorgent de gens parlant Allemand et toujours prêts à donner un coup de main pour un acte ou deux. J’ai moi-même eu la chance de tomber sur des gens très sympas m’aidant dans mes démarches, l’avantage étant qu’ils parlent l’Allemand et comprennent bien souvent l’ancien Allemand et… l’écriture gothique!

Le plus connu d’entre tous est bien évidemment Généanet (lien vers le forum Allemagne ici), mais je suis sûr qu’il en existe quelques autres.

Les associations généalogiques françaises

En ce qui concerne l’Alsace-Moselle, ce n’est pas ça qui manque et c’est tant mieux!

Pour la Moselle, il existe un Groupement des Cercles Généalogiques de Moselle qui recense les associations mosellanes, elles-mêmes réparties par zones géographiques:

  • Pays de Nied
  • Pays de Bitche
  • St-Avold & Faulquemont
  • Pays Messin
  • Pays de Sarrebourg & Saulnois
  • Moselle-Est
  • Yutz 3 Frontières

Autant vous dire que presque toutes peuvent vous aider dans vos recherches, la plupart du temps moyennant de payer une cotisation (et c’est bien normal). Certaines de ces associations publient également des livres de reconstitution de familles qui vous amèneront parfois… en Allemagne… recherches pour lesquelles l’association concernée pourra certainement vous aider un peu.

Pour l’Alsace, le Cercle Généalogique d’Alsace se tient à votre disposition pour vous aider dans vos recherches et traductions d’actes. Je suis moi-même membre passif (je paye ma cotisation et ne l’ « utilise » qu’en cas de besoin), et j’ai à chaque fois été très bien supporté dans mes démarches. Il existe la encore des sections régionales pour travailler sur une zone géographique spécifique, mais vu la situation géographique de l’Alsace je pense qu’ils parlent tous très bien Allemand :)

Les associations régionales de généalogie Allemandes

carte_allemagne_interactivePour les plus chanceux d’entre vous qui parlent Allemand (ou qui ne voyaient pas les cours d’Allemand comme une corvée et qui le regrettent aujourd’hui…), il existe l’équivalent des associations généalogiques en Allemagne. Je suppose que les associations des régions frontalières (Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat) ont une chance de parler Français, et pour les autres il faudra tenter sa chance en anglais si jamais vous ne maîtrisez pas la langue de Goethe.

Le Wikipédia de la Généalogie Allemande offre une liste de ces associations classées par province. A noter que certaines informations de ce site sont disponibles en anglais (menu de gauche, tout en bas).

Le site de la diplomatie Allemande (en Français) propose également une liste des organismes généalogique en Allemagne. On supposera que cette liste contient les mêmes associations que celle du site cité plus haut, mais il vaut mieux mettre les deux ici pour être sûr. Attention toutefois, la liste proposée au téléchargement date de 2012.

La recherche par thèmes 

Les Allemands semblent très organisés (tiens donc?) et la liste disponible au téléchargement citée plus haut ainsi que le Généawiki (en Français) offrent une liste d’organismes à contacter pour des questions sur des thèmes particuliers: Anciens combattants, ascendants ayant appartenu à la noblesse, personnes disparues, Allemagne de l’Est, etc.

Les petites annonces

Toujours la même liste (décidément!) contient les adresses de maisons d’édition pouvant offrir de publier une annonce de recherche dans des bulletins spécialisés suprarégionaux, les deux maisons proposées étant spécialisées dans les publications consacrées à la généalogie.

Les généalogistes privés

Enfin, il existe également des gens dont c’est le métier de vous aider (contre rémunération). Recherchez simplement « genealogie experte deutschland » ou équivalent sous Google et vous aurez quelques liens.

Voilà qui devrait déjà vous donner de quoi comprendre un minimum le système d’archives an Allemagne et quelques pistes de recherche si jamais vous étiez bloqués sur un ancêtre Allemand. En deuxième partie je vais essayer de comprendre quelles sont les informations et le vocabulaire minimum à maîtriser avant de se lancer dans une recherche sur un de leurs sites, notamment pour les Kirchenbücher qui semblent être les archives qui correspondent à notre État Civil.

8 comments

    1. Bonjour, et merci pour votre commentaire. Il semblerait que les archives Allemandes en ligne ne sont pas aussi évidentes à trouver que les notres (ou peut-être ne sommes nous juste pas habitués), mais elles existent ! J’essayerais de faire un résumé au plus vite.

      Aimé par 1 personne

  1. Bonjour, Merci, les recherches en ligne sont difficiles du côté de l’Allemagne, pas manque de « pratique » peut être ? comme vous le signalez. Pour ma part mon ancêtre Louis Christophe Charpy est décédé entre le 7 aout 1799 (mariage à Troyes de Marie Sophie sa fille il est vivant) et le 10 février 1807 (sur l’acte de + de sa fille Marie Sophie il est mentionné +). on sait qu’en 1798 vit à weissenthurm (Rhin et Moselle) où il est receveur aux douanes nationales (mention sur l’acte de mariage de sa fille, il est absent). Rhin et Moselle, département annexé à la France de 1797 à 1814. qui dépend de Coblence, chef lieu du département. Son décès n’apparait pas à Troyes. Je ne sais donc pas comment accéder aux archives de Weissenthurm. Si quelqu’un a une idée ? Merci d’avance

    Aimé par 2 people

    1. Bonsoir, en plus de la suggestion qui vous est faite par jmg013 et si vous parlez Allemand vous pouvez tenter d’appeler directement les archives dont voici les coordonnées:
      http://www.landeshauptarchiv.de/index.php?id=595&tx_lhaarchivportal2010_pi1%5BshowList%5D=1&tx_lhaarchivportal2010_pi1%5BcommunityId%5D=160

      Si vous ne parlez pas la langue peut-être qu’une association citée dans l’article pourra vous prêter main forte ?

      En dernier recours vous pouvez tentez votre chance en anglais, les Allemands maitrisant la langue de Shakespeare bien plus facilement que nous :)

      J'aime

  2. Bonjour ! avec retard je vois vos réponses, Merci à vous jmg013 et généalogie101 pour vos conseils je vais tenter par une association car je ne parle pas Allemand, je pratique un peu l’anglais mais je crains de ne pas être aussi claire dans mes explications

    J'aime

  3. J’ai eu les mêmes difficultés que vous tous et je me suis planifié une semaine en Allemagne directement aux sources soit les Archives de l’Ancien régime à Berlin. Une fois qu’on a montré pattes blanches on m’a mis en contact avec un archiviste qui après interrogatoire de rigueur m’amena directement aux sources de librairie, m’indiquant même le rayon oû je trouverais ce que je cherchais. Comme il était un peu tatillon sur la possibilité de trouver ce que je cherchais, je le questionnai un peu à mon tours sur sa connaissance de l’histoire de l’Allemagne et de la Prusse, lui confiant la nature de mes ancêtres. Il lâcha très rapidement le morceau et mit à ma disposition la chef de la bibliothèque qui ne comprenait pas trop ce qui s’était passé mais qui collabora pleinement. Retenez que ces personnes vous aideront beaucoup si vous leur donné des directions précises et il n’y a rien de mieux qu’un contact direct en personne (il parle anglais avec un peu d’insistance comme dans bien d’autres cas).

    J'aime

  4. Bonjour comment effectuer une recherche si l’on ne connaît que le nom ? je sais également que il y a l’appellation Von qui était devant le nom , mais qui s’est perdu par la suite .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s