Le Monde d’Hier, de Stefan Zweig

La généalogie a vite fait de nous borner à des enchaînements de dates et d’évènements « sans âme ». C’est pourquoi j’aime lire des livres qui vous transforment en spectateur d’une période donnée, afin de comprendre le contexte dans lequel nos ancêtres ont vécu, d’avoir un aperçu de ce à quoi leur monde pouvait ressembler et aussi, pourquoi pas, de les imaginer dans les scènes décrites au sein même de l’ouvrage.

Il est parfois difficile de trouver de tels livres sur une époque précise. L’ouvrage est soit trop général (couvrant une période trop large), soit pas assez narratif, ressemblant alors plus à un  livre d’histoire ennuyeux qu’à une description de l’époque choisie. Donc quand on tient un bon livre, on est content de le lire et d’en partager le titre avec les copains. C’est ce que je voudrais faire avec vous aujourd’hui en vous présentant Le Monde d’Hier de Stefan Zweig.

Ceux qui l’ont déjà lu vous diront certainement la même chose, ce livre est un chef-d’oeuvre. Il est malheureusement célèbre pour être le testament que l’auteur a laissé au monde avant de mettre fin à ses jours, ne pouvant plus supporter le déclin du monde dans lequel il vivait. Un film est d’ailleurs sorti récemment sur les dernières années de l’auteur: Stefan Zweig, adieu l’Europe (2016). Je ne l’ai pas encore vu mais j’y compte bien!

En dehors de cette aspect tragique, Le Monde d’Hier est un témoignage formidable sur la période 1880-1940 et de tous les bouleversements tant politiques que culturels qui s’y sont déroulés. Tout y passe: l’âge d’or de la fin du 19ème siècle, le système d’éducation, la façon de s’habiller, la prostitution et son rôle dans la société, la façon dont étaient perçues les élites, les métiers d’autrefois, etc. On ne sait pas par quelle magie Stefan Zweig a réussi à mettre autant d’informations dans un livre sans en faire un catalogue et en conservant le tout dans une histoire plus qu’agréable à lire, c’est sans doute ce qui fait de lui un grand écrivain.

À noter que  la plupart de l’action se passe à Vienne mais que l’auteur, ayant énormément voyagé, se retrouve fréquemment à Paris, Bruxelles, Londres et Zurich et ne manque pas de nous décrire ces villes et environnements divers à chaque fois. Sont aussi traitées les absurdités de l’époque guerrière, durant laquelle vos amis d’hier pouvaient devenir vos ennemis jurés de demain juste parce que votre gouvernement et la presse changeaient de ton à l’égard de la nation voisine. L’auteur nous apprend également qu’à la fin du 19ème siècle à Paris, il y a des quartiers complets où personne ne parlait français si ce ne sont les garçons de café, et encore. Ça vous rappelle une polémique récente ? ;-)

Bref, tout dans ce livre est passionnant et je ne saurais que chaudement recommander à tout le monde de le lire.

Pour ceux chez qui j’ai réussi à susciter assez d’envie ou de curiosité, vous pourrez vous procurer le livre par ici. Vous ne le regretterez pas! Pour les autres, j’espère simplement (pour vous!) que vous changerez d’avis un jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s